Mon patrimoine

1536225152

L'apport personnel Le « plus » qui change tout

 Si vous avez un projet immobilier, vous allez certainement entendre parler d'apport personnel. C'est un élément qui peut peser lourd dans votre dossier de financement.
L'apport personnel est la somme dont vous disposez immédiatement avant même de demander un prêt. C'est un élément déterminant et « sécurisant » pour les banques. Elles y voient votre faculté à mettre de l'argent de côté et à gérer correctement votre budget. Cette mise de départ sera un argument déterminant pour négocier avec votre banque.

Se constituer un apport personnel

Comme vous le savez, il n'y a pas de « petites économies ». La preuve en est l'apport personnel qui peut être constitué par le biais de plusieurs sources :
• vos économies personnelles (plan d'épargne logement, livret A...) ;
• un héritage ou une donation ;
• un prêt accordé par un proche ou la famille ;
• les rendements de produits d'épargne ou de placements (livrets, assurance vie, épargne salariale…) ;
• des prêts spécifiques (PTZ, prêt action logement, prêts accordés par la CAF ou les caisses de retraite, prêts locaux, régionaux et départementaux…).

Le montant idéal
La loi ne fixe aucun montant minimal concernant l'apport personnel. En pratique, cependant, les banques demandent généralement un apport minimum de 10 % sur le montant de l'achat. Plus votre apport sera important, meilleures seront les conditions de votre prêt. Toutefois, il est recommandé de ne pas investir la totalité de vos économies dans l'apport personnel, afin de garder une marge de manœuvre pour faire face à d'éventuels frais supplémentaires.

 

Acheter sans apport : ce n'est pas mission impossible… mais !

Rien ni personne n'oblige à disposer d'un apport personnel pour réaliser un projet immobilier. Mais il ne faut pas se voiler la face : ce sera un peu plus compliqué et plus coûteux. Vous devrez présenter un dossier « en béton». La banque sera particulièrement attentive à la sécurité de votre emploi, votre ancienneté professionnelle, vos revenus, la stabilité de votre situation financière, la tenue de vos comptes… Votre banquier pourra parfaitement entendre que l'absence d'apport personnel ne résulte pas d'un train de vie supérieur à vos revenus mais, par exemple, d'une situation familiale compliquée, d'une longue période de chômage ou d'une maladie vous ayant empêché de travailler sur une longue période… Sachez cependant que l'absence d'apport personnel augmentera le coût total du crédit immobilier. Le taux d'intérêt en sera certainement plus élevé.

 

Marie-christine Ménoire

 

Dernière modification le 06/09/2018

Informations juridiques

  • 1623146084

    Un ruissellement d'idées pour valoriser son jardin

    Tout jardinier soucieux de son environnement doit se mettre en quête du "graal" : l'eau ! Quelles sont les solutions qui coulent de source à la fois pour arroser et valoriser votre jardin ?
    Lire la suite
  • 1623144493

    Investissement locatif : les clés de la rentabilité

    Réussir son investissement immobilier réclame un peu d'anticipation et de savoir-faire. Sans oublier quelques éléments indispensables pour optimiser la gestion de votre logement
    Lire la suite
  • 1623144062

    Primo-accédants, les coups de pouce pour devenir propriétaire

    Des solutions existent pour accéder à la propriété dans les meilleures conditions. Selon votre profil, des prêts à taux avantageux, la contribution de votre employeur ou les aides de l'État vont améliorer votre pouvoir d'achat immobilier !
    Lire la suite
  • 1623143803

    Quand le droit de préemption plane sur votre vente

    Alice et Bertrand ont signé un sous-seing privé pour la vente de leur maison. Leur notaire a indiqué qu'il allait constituer le dossier d'usage en vue de l'acte authentique, demander les différentes pièces et purger le droit de préemption qui prévaut sur leur commune. Notre couple de vendeurs a-t-il raison de s'inquiéter ? Stéphanie Swiklinski, diplômée notaire, va tenter de les rassurer.
    Lire la suite
Mentions légales